Réponse à Madame Sigot-Lemoine concernant le dossier des collèges !


Comme j’ai quitté la réunion sur la grappe des collèges de Verdun, la semaine dernière, vous trouverez peut-être sur les réseaux sociaux l’incompréhension autour de cette démarche de la présidente départementale en charge du dossier. Je lui ai donc fait cette réponse que je vous soumets et qui permet, je pense, de faire un point sur l’état du débat ou du non-débat, selon …

Madame Sigot-Lemoine,
Vous nous voyez ravis de voir que votre détermination pour les collèges meusiens reste élevée. Car même si le projet mené par M. Vanon n’est pas au niveau des ambitions qui sont les nôtres pour les enfants meusiens, nous pouvons en tous cas nous rejoindre sur plusieurs points :
– Il est nécessaire de faire des investissements d’envergure pour permettre un enseignement de qualité en Meuse
– Il faut apporter des moyens modernes pour une éducation qui puisse dans le temps s’adapter aux exigences d’un monde moderne
– Il faut associer tous les acteurs du collège, et autour, pour mener des réflexions qui s’inscrivent dans les bassins de vie.

Nous sommes beaucoup plus dubitatifs concernant la qualité du travail que vous évoquez. Nous demandons à vos services depuis le début de définir ce que doit être un collège du 21ème siècle, nous n’avons toujours pas cette définition alors même que nous avons signalé dans une réunion au printemps dernier que de tels projets existaient et que les considérations de ceux qui mettent en place des collèges modernes sont tournées vers le fait d’avoir un haut niveau de qualité de vie des collégiens. Dans cette réunion, l’exemple donné devait permettre de changer de paradigme pour la définition des besoins. Notre contribution n’a pas été intégrée, vos services restent bloqués sur des besoins purement normés et sur le petit bout de la lorgnette « c3i ». La vision des besoins des collégiens et de l’enseignement moderne n’est pas à l’ordre du jour ! C’est d’autant plus criant que les investissements ne sont pas tournés vers l’avenir de tous les collégiens, que seuls les collèges de 5 grappes de collèges sur 8 sont étudiés, à moins que le conseil départemental n’envisage que des mesures de cartes scolaires ou bien un traitement inégalitaires des collégiens du territoire.
Madame Sigot-Lemoine, soyez assurée de ma volonté d’être constructif dès que cela est possible. Pour votre gouverne, j’étais ce lundi au Ministère de l’Agriculture au nom de ma fédération pour trouver le moyen de promouvoir les métiers des filières agricoles et agro-alimentaires dans l’Éducation. L’Éducation en milieu rural est une préoccupation majeure pour la FCPE Meuse et je suis heureux dès qu’il peut y avoir des contributions positives. N’oubliez pas que nous avons, par exemple, travaillé ensemble, et avec l’Éducation Nationale, pour promouvoir l’allemand sur le territoire départemental. Nous pouvons construire mais il faut pour cela qu’il y ait concertation et écoute. Lors de précédentes réunions, nous avions expliqué, sur la grappe de Verdun, notamment, que la mixité sociale ne se décrétait pas mais que cela se construisait avec une politique de la ville cohérente. En quoi les services départementaux ont travaillé sur ce sujet ? Sur les aspects transports, les accès aux installations sportives et culturelles, faut-il encore redire les mêmes choses que dès notre première réunion ? Lorsqu’on veut travailler avec les gens, fournir les documents en amont est juste obligatoire. Mais pensez-vous réellement que vos services ont envie de travailler sincèrement avec d’autres acteurs ? Ou cherchent-ils des arguments pour une carte scolaire des collèges uniquement basée sur des critères budgétaires ? Et pourquoi dédaignent-ils des contributeurs ?
Enfin, travailler avec une partie des conseils d’administration n’a juste pas de sens. Soit vous considérez tout le conseil d’administration, soit vous considérez les acteurs locaux mais conjuguer un mixte entre les deux ne correspond à rien. Et encore une fois, quels sont vos critères de choix ? Soit vous cherchez de l’expertise et il vous faut dépasser les conseils d’administration en prenant en compte notamment les acteurs économiques locaux, soit vous désirez n’évoquer que la vie au collège et c’est tout le conseil d’administration qui est compétent.
Alors oui, ne perdez pas espoir pour améliorer la vie des collégiens meusiens, mais demandez à vos services de se mettre au niveau des enjeux et nous pourrons travailler ensemble pour les collégiens sans réduire un plan qui mérite d’être ambitieux à une mesure court-termiste et budgétaire !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *